Formation aux droits humains

Adoption unanime de la nouvelle «Déclaration sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme» de l’ONU

Lors de l’Assemblée générale de l’ONU, les Etats se sont prononcés en faveur d’un engagement plus grand dans le domaine de l’éducation aux droits de l’homme

Pertinence pratique:

  • La Communauté internationale a créé pour la première fois un instrument normatif dédié exclusivement à l’éducation aux droits humains.
  • La Déclaration de l’ONU confirme le droit à l’éducation aux droits humains.
  • La Déclaration de l’ONU sert de guide conceptuel dans la pratique.
  • La Déclaration de l’ONU considère l’éducation aux droits humains comme une contribution à la mise en œuvre des droits humains.
  • La nouvelle Déclaration de l’ONU retient que l’éducation aux droits humains serait pertinente pour tous les contextes de formation possibles, de l’enseignement primaire à l’université en passant par l’université populaire.
  • La Déclaration de l’ONU met la responsabilité primaire entre les mains des Etats, mais reconnaît en même temps la contribution de la société civile à l’éducation aux droits humains.

La Déclaration de l’ONU sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme stipule le droit à l’accès à l’éducation aux droits humains. Ainsi, la Déclaration confirme les textes juridiques internationaux dans lesquels le droit à l’éducation aux droits humains est ancré. En même temps, elle va au-delà des résolutions prises jusqu’à présent, en raison de l’accent qu’elle met exclusivement sur l’éducation aux droits humains, sa contribution conceptuelle et son caractère étendu.

Selon la vision de l’ONU jusqu’à présent, le cercle des destinataires de l’éducation aux droits humains est compris de manière très large. L’énumération explicite de tous les contextes possibles d’éducation aux droits humains de l’art. 3 al. 2 fait en sorte qu’aucun domaine de formation ne soit écarté du centre d’intérêt de la Déclaration lors de sa mise en œuvre.

La responsabilité de la mise en œuvre de la Déclaration incombe fondamentalement aux Etats. Ceux-ci sont priés, en même temps, d’impliquer tous les acteurs pertinents, y compris ceux de la société civile. En outre, on reconnaît à ces derniers une fonction autonome lors de la promotion de l’éducation aux droits humains. Cet apport coopératif ne restreint aucunement la responsabilité des Etats.

Les Etats sont encouragés à faire part des mesures prises en matière d’éducation aux droits humains en adressant leurs rapports aux organismes internationaux des droits humains. C’est dans cette optique qu’ils peuvent être tenus pour responsables lorsqu’ils n’entreprennent rien dans ce domaine. En outre, les Etats sont priés de mettre à disposition les ressources nécessaires à la mise en œuvre de la Déclaration.

Le domaine thématique Education aux droits humains du CSDH, qui a contribué intensément à l’ensemble du processus d’élaboration de la Déclaration, essaiera de contribuer à la mise en œuvre de la nouvelle Déclaration en Suisse.

01.02.2012