Domaine thématique Politique genre

Toujours aucune égalité salariale en vue!

Malgré les obligations légales d’égalité salariale, l’inégalité salariale entre les sexes persiste en Suisse

Pertinence pratique

  • L’inégalité des salaires entre les sexes en Suisse est en train de régresser légèrement.
  • Les efforts bien ciblés sont toujours nécessaires à tous les niveaux, afin de supprimer l’inégalité salariale.

L’égalité salariale est une revendication centrale au principe d’égalité. Elle est exigée par la Convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes CEDEF (art. 11), ainsi que, par exemple, par la Convention de l’OIT no 100 (Egalité de rémunération). Elle est aussi ancrée dans la Constitution fédérale (art. 8 al. 3) et au niveau législatif dans la Loi sur l’égalité. Malgré cela, les différences salariales en fonction du sexe restent tenaces, comme l’indiquent les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique pour l’année 2010. Heureusement, les différences cette année-là ont été marquées d’une diminution qui avait de nouveau été précédée d’une légère augmentation.

En 2010, les femmes ont gagné 18.4% de moins que les hommes dans le secteur privé, et 12,1% de moins dans le secteur public. Les différences de salaire augmentent distinctement en fonction du niveau d’instruction et de la hiérarchie professionnelle. Ainsi, les femmes ayant fait des études universitaires gagnent 24% de moins que les hommes dans le secteur privé, et 29% de moins dans la catégorie des cadres et cadres supérieurs. Cependant, la différence de salaire entre hommes et femmes s’élève à 10% chez les personnes ayant un diplôme d’une école professionnelle et à 12% chez les personnes d’un statut plus bas. Par contre, les femmes sont clairement surreprésentées dans la tranche la plus basse de l’échelle de salaire. En effet, 19,1% des femmes ont eu en 2010 un revenu brut de moins de CHF 3.968.- pour un taux d’activité de 100%. Les hommes sont représentés dans cette tranche avec un pourcentage nettement plus bas, à savoir 6,9%.

Selon l’Office fédéral de la statistique, les différences salariales sont dues principalement à des différences de parcours professionnels liées au genre, et à un moindre niveau, aux discriminations demeurant toujours inexplicables. Bien que pour l’année 2010 aucun chiffre sur la discrimination salariale n’a été enregistré, on peut déduire que cette donnée n’a pas considérablement changé depuis 2008. En 2008, l’Office fédéral de la statistique avait estimé que le taux de discrimination salariale était de 38,9% dans le secteur privé et de 19,7% dans le secteur public.

Si les différences salariales en fonction des sexes continuent de diminuer au rythme actuel, l’égalité ne sera atteinte que dans quelques décennies. La grande inégalité salariale qui persiste dans la tranche supérieure, associée à la surreprésentation des femmes parmi les plus bas salaires constitue ainsi un obstacle sur le chemin de l’égalité des sexes.

01.02.2012