Domaine thématique Migration

Colloque

L'impact de la crise du COVID-19 sur les droits fondamentaux des travailleuses et travailleurs migrants

Vendredi 11 décembre 2020, 9 h à 16 h, en ligne

La crise du COVID-19 a cristallisé, en Suisse comme ailleurs dans le monde, la vulnérabilité de certaines catégories de la population. Il en est ainsi de plusieurs travailleuses et travailleurs migrants qui ont subi de plein fouet la crise. Leur travail a soit été considéré comme essentiel dans ce contexte (dans les secteurs de la santé, de la logistique, etc.), mettant à certains égards leur santé en danger en raison de leur exposition. Soit ils ou elles ont perdu leur emploi ou leur possibilité d’exercer leur activité à cause du (semi-)confinement. C’est particulièrement le cas des travailleuses et travailleurs de l’économie informelle ou sans autorisation de travailler en Suisse.

Du fait qu'il semble très probable que la crise perdure, il est temps de réfléchir aux impacts de cette dernière sur les droits fondamentaux des travailleuses et travailleurs migrants. Si la crise du COVID-19 agit comme un révélateur des vulnérabilités, la sauvegarde des droits fondamentaux doit constituer un aspect important de la gestion de la crise.

Lors de ce colloque, les intervenant-e-s exposeront les problèmes concrets rencontrés en Suisse et en Europe par certaines travailleuses et travailleurs migrants. Ils et elles esquisseront aussi des pistes de solutions pour une gestion de la crise respectueuse de leurs droits fondamentaux en vue d’une seconde vague du COVID-19.

Informations pratiques

Public cible : ce colloque s’adresse aux académiques, praticien-ne-s, fonctionnaires, politicien-ne-s, etc.

Langues : français et anglais, sans traduction

Lieu : en ligne (Webex event)

Coût : la participation au colloque est gratuite.

Streaming : l'évènement a lieu entièrement en ligne. Vous trouverez des informations détaillées, dont les résumés des interventions, sur cette page à partir du 1er décembre 2020.

Inscription : aucune inscription n'est nécessaire.

24.09.2020